THIERRY LAFFONT : 

DIRECTEUR RÉGIONAL DE L’ADEME EN RÉGION PACA  

 

 

 

 

Le 03/04/2013

Thierry Laffont, vous êtes le directeur Régional de l’Ademe en région PACA, dans cet ITW vous nous expliquerez le rôle, les missions et les objectifs de votre institution, comment vous mettez en place vos actions, votre positionnement sur la RSE et vous conclurez en nous donnant de nombreux exemples qui montreront en quoi notre Région est porteuse de solutions d’avenir et d’actions innovantes sur notre territoire. 

 

navig

En quelques chiffres 

369 nouveaux projets ont été financés en 2012, facilitant le déploiement de solutions opérationnelles cela représente 15,6 M€ d’aides pour 145 M€ d’investissements et ce grâce aux Fonds Déchets, Fonds Chaleur, Fonds Bruit, Fonds Friches et à la Convention régionale (accord-cadre État-Région-ADEME et CPER).
Par ailleurs 25 projets favorisant l’émergence de solutions d’avenir grâce aux programmes Recherche et Développement ADEME et aux Investissements d’Avenir ont vu le jour sur le territoire régional Paca étant ainsi la première région pour les projets expérimentaux photovoltaïques et solaires thermodynamiques…)
Ce sont 30 hommes et femmes qui œuvrent au sein de la direction régionale pour réaliser l’ensemble des missions et accompagner ainsi le millier de projets actifs que nous suivons

Quel est le rôle, les missions et l’objectif de l’Ademe? 

l’ADEME est un établissement public placé sous la tutelle conjointe du ministère en charge de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, et du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Elle participe à la mise en œuvre des politiques publiques dans les domaines de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables, de la préservation des sols, des ressources et des matières premières, et enfin de la gestion des déchets , de la qualité de l’air et de la lutte contre le bruit. 

De l’identification de questions de recherche au déploiement de solutions opérationnelles, l’Agence travaille à lever les freins et faire sauter les verrous technologiques, organisationnels et socio-économiques tout en facilitant l’émergence de biens, services et modes de gouvernance qui permettront la transition écologique et énergétique de notre société.

Au dela de l’accompagnement des projets Nos missions sont de favoriser la connaissance par l’observation , la communication et la sensibilisation des acteurs et des citoyens, mais aussi la mobilisation des acteurs et ce grâce aux partenariats que nous avons avec de nombreux intervenants majeurs de notre région (collectivités territoriales et locales, chambres consulaires, fédérations et syndicats professionnels …)

Notre objectif : accompagner la mutation de notre société notamment sur deux angles stratégiques forts :
– La transition énergétique de la société
– L’économie des ressources 

Notre travail est donc de favoriser l’émergence des solutions de demain et créer les conditions de leur généralisation 

 

 

Comment mettez vous en place vos actions ? 

Nous mettons à disposition des collectivités, des administrations, des acteurs de l’économie, des associations, des chercheurs… nos expertises techniques, accompagnements méthodologiques et aides financières. Ces dernières sont attribuées au moyen de différents dispositifs adaptés à chaque objectif, cible et nature de projet (appels à projets, appels à manifestations d’intérêt, projets de gré à gré…), déclinés dans de grands programmes (Fonds Chaleur, Fonds Déchets, Investissements d’Avenir, convention État-Région-ADEME…).

L’implantation régionale de l’ADEME et le travail mené sur le terrain favorisent une approche de proximité, la recherche de synergies et de complémentarités avec nos différents partenaires. Ceci permet la co-construction de projets adaptés aux contextes locaux à leurs différents stades de déploiement : premières opérations nationales, régionales, ou en phase de généralisation. 

L’ADEME agit donc en partenariat avec les acteurs d’un territoire. Et notamment avec le Conseil Régional un partenaire majeur avec lequel nous mettons en commun des moyens financiers et coordonnons nos actions pour accompagner les acteurs de la Région PACA ( par exemple au travers d’un accord cadre Ademe-Etat-Région. qui assure le financement d’un certain nombre d’actions ( 7,5 M€ mobilisés au titre de la convention régionale en 2012 

En quoi la Région a été porteuse de solutions nouvelles pour l’avenir ? 

A titre d’exemple je citerai :

Sur La QUALITE DE L’AIR LE PROJET DE CONNEXION ELECTRIQUE DES NAVIRES EN ESCALE
En effet pour assurer ses besoins d’électricité à bord, un navire en escale de quelques heures laisse tourner ses moteurs, sources de divers polluants. Accompagnés pendant plusieurs années par l’ADEME en lien avec la Direction générale des infrastructures, des transports et de la mer (DGITM), le Grand port maritime de Marseille (GPMM) et la Compagnie méridionale de navigation (CMN) ont ouvert la voie en 2012 à une solution de connexion électrique sécurisée, rapide et pratique pour trois cargos mixtes desservant la Corse. L’Impact attendu sur le centre-ville de Marseille est une diminution de l’ordre de 10 % en concentration ambiante des NOx, SOx et poussières.

CONCERNANT LA PRODUCTION ET LA DISTRIBUTION D’ENERGIE
Le soutien au projet Janus qui pose les bases d’un réseau intelligent 
Labellisé par Capernergies, soutenu par l’ADEME, le Conseil régional, le CG83 et l’Europe (Feder), le projet Janus vise la mise en place d’un couplage énergie renouvelable et pile à combustibles sur le territoire de la Croix-Valmer (83). C’est la première installation de ce type en France. Le bénéfice attendu est double : production renouvelable d’énergie électrique et thermique, et autonomisation partielle du bâtiment dans une zone Est-Paca en contrainte électrique.

DANS LE DOMAINE DE L’ÉCO-CONCEPTION
J’ai envie de citer le résultat des programmes régionaux de développement de l’écoconception :les compétences locales se consolident dans plusieurs secteurs : agro-alimentaire, plasturgie, construction de maisons individuelles… Les applications développées par les lauréats des appels à projets aboutissent et de nouveaux produits éco-conçus: caisse de transport modulaire et ultra-légère (Staginovation), gamme d’équipements mobiliers pour les secteurs du nautisme et de la plaisance (MP Industrie), centrale solaire thermodynamique basse température (Saed)…

DANS LE DOMAINE DE LA VALORISATION DES DECHETS
Deux études posent les jalons d’une filière bateaux de plaisance hors d’usages (BPHU)
Paca concentre un quart des unités de plaisance immatriculées en France : les enjeux environnementaux, économiques et sociaux liés aux BPHU y sont donc cruciaux. L’entreprise d’insertion Kroc’Can (Toulon, 83) examine les possibilités de valorisation des matériaux composites issus de la filière de recyclage des bateaux. À ce titre, les études de gisement et de faisabilité cofinancées par l’ADEME, le Conseil régional, la Direccte et l’Europe (Feder), visent à caractériser les produits valorisés, qualifier le procédé de déconstruction, vérifier la viabilité économique solidaire du modèle, valider les filières de valorisation matière et énergétique.
ENFIN EN CE QUI CONCERNE LA PERFORMANCE ENERGETIQUE DES BATIMENTS NEUFS
Un appel à projets qui intègre l’impact environnemental des matériaux utilisés 
l’ADEME et le Conseil régional ont lancé un appel à projets « Accompagnement à la construction de bâtiments performants intégrant une analyse du cycle de vie ». Trois projets particulièrement performant dépassent la RT 2012 (-25 %), et sont notamment exemplaires par l’emploi de matériaux bio-sourcés, 

Existent-ils des opérations exemplaires de par leurs ambitions et nouveautés sur la Région PACA ?

AU DELA DES PROJETS PARTICULIEREMENT INNOVANTS EXISTENT BON NOMBRES DE PROJETS DONT L’EXEMPLARITE EST A SOULIGNER
par exemple en ce qui concerne la RÉHABILITATION THERMIQUE DES BÂTIMENTS :
Ainsi la troisième édition de l’appel à projets « Réhabilitation thermique des logements sociaux de Paca » a permis d’intervenir sur 11 sites soit 996 logements
Parmi les 11 bénéficiaires de ce programme, doté de 4,7 M€ (Conseil régional 1 M€, ADEME 1 M€, Europe-Feder 2,7 M€), notons l’opération de Côte d’Azur Habitat, Le Col d’Auron à Saint-Étienne-de-Tinée (06). Situés en zone de montagne (1 140 m) et de fragilité électrique, 66 logements vont bénéficier d’un renforcement important de l’isolation de l’enveloppe et du remplacement d’un chauffage électrique par une chaufferie bois. Objectif escompté : 80 % de réduction des consommations d’énergie.

Autre exemple à 1650 m d’altitude, un hôtel dépasse de 31 % l’objectif du label BBC Effinergie rénovation 
Isolation intérieure et extérieure, installation solaire thermique (170 m2 de panneaux), chaufferie bois de 100 kW… Pour sa rénovation, le Marmotel, construit au début des années 70 au pied des pistes de la station de Pra-Loup (04), a engagé d’importants investissements soutenus par l’ADEME. La performance énergétique atteinte est exemplaire en zone de montagne : 77,83 kWhep/m2 (consommation d’énergie primaire).

Mais aussi pour la Rénovation de l’éclairage public des communes de moins de 2 000 habitants
97 projets facteur 2 (division par 2 des consommations) ont été soutenus dans la région. À noter deux projets particulièrement performants (facteur 4) à Saint-Paul-lès-Durance (13) et Lagnes (84).

MAIS AUSSI PAR LA VALORISATION DE GISEMENTS D’ÉNERGIES RENOUVELABLES 
Ainsi aux abords du Stade Vélodrome, une boucle d’eau récupèrera la chaleur fatale de la station d’épuration
À Marseille (13), la reconfiguration du Stade Vélodrome et de ses abords comprend, en sortie de la station d’épuration Géolide, un projet de récupération d’énergie pour alimenter des pompes à chaleur dans neuf bâtiments soit 113 000 m2 : centre commercial, pôle tertiaire, complexe hôtelier, pôle santé, résidence étudiante, logements, stades. L’ADEME accompagne cette opération sous maîtrise d’ouvrage de la société Arema. 
Impacts attendus : 643 tonnes d’équivalent pétrole économisées.

La méthanisation pour une nouvelle solution de valorisation de la production locale de déchets de fruits et de légumes
Nouvelle étape du développement de la méthanisation en Paca, l’unité construite par les Vergers du Mourgon (Isle-sur-la-Sorgue, 84) avec le soutien de l’ADEME, du Conseil régional et de l’Europe (Feder) permettra à l’exploitation vauclusienne de valoriser ses écarts de production. Dimensionnée à 10 000 tonnes par an, l’installation sera partagée avec d’autres producteurs locaux de déchets de fruits et de légumes. Le biogaz obtenu sera valorisé par cogénération pour produire 2 158 MWh/an d’électricité et 2 213 MWh/an d’énergie thermique. L’économie annuelle de gaz à effet de serre est estimée à 795 tonnes de CO2. Également attendue : une production annuelle de 8 894 tonnes de digestat utilisable en engrais.

C’EST AUSSI L’ACCOMPAGNEMENT A DES PROJETS DE MOBILITÉS ALTERNATIVES
À Marseille, un service d’autopartage introduit des véhicules électriques
Pour faciliter la prise en main par le public de nouvelles solutions de déplacement favorables à la réduction du bruit, des pollutions et de l’encombrement, l’ADEME accompagne AutoPartage Provence (13) qui proposera à ses adhérents 10 nouveaux véhicules Twizy en location libre-service et très courte-durée (facturation au quart d’heure), lors d’une opération test toute l’année 2013.

ENFIN POUR FAVORISER L’EMERGENCE D’ÉCO-TECHNOLOGIES
Des procédés plus performants en matière d’extraction des ingrédients issus des végétaux
En termes de réduction des déchets et de consommation d’énergie, la maîtrise de l’éco-extraction de végétaux est un enjeu fort pour les secteurs de l’agroalimentaire, des cosmétiques, de la parfumerie, des biotechnologies… Les initiatives se multiplient pour développer, partager et diffuser ces technologies dans le tissu industriel, à l’exemple du programme « Éco-extraction transfrontalière » accompagné par l’ADEME et l’Europe (Alcotra-Interreg), et piloté par l’Université européenne des saveurs et senteurs avec 4 partenaires français et italiens.

Quelle est votre position concernant la RSE ? 

A l’origine notre raison d’être partie prenante dans la RSE était d’être le garant de la place que prendrait l’environnement dans la démarche, et des relations de transversalité et de cohérence d’une démarche sur les 3 volets environnemental, sociétal/social et économique. 

– la traduction de ce positionnement a été l’ accompagnement d’opérations collectives d’envergure départementales et régionales, un soutien à l’expérimentation d’outils méthodologiques (exemple le SD21000 en 2007) et un soutien à la valorisation des bonnes pratiques
Nous considérons aujourd’hui que la dynamique RSE n’est plus une dynamique émergente, et les bénéfices des démarches sont assez bien perçus aujourd’hui par les acteurs
Notre soutien doit maintenant s’attacher à identifier et lever les points bloquants des démarches sur les cibles, les secteurs et les enjeux qui le nécessitent.