SOPHIE GRAMOND

 

 

 

 

 

 

 

Le 04/07/2011

9 femmes chefs d’entreprise ou cadres dirigeantes régionales récompensées aux Femmes de l’économie 2011 PACA dont Sophie Gramond (éditions Gramond) pour le prix développement durable sachant que l’édition de livre est particulièrement polluante et consommatrice de papier et d’eau et que l’impression d’un livre en France revient deux fois et demi plus cher que l’impression en Chine et trois fois plus cher qu’au Viet Nam.

 

navig

Le 21 juin, la Lettre Sud Infos a récompensé neuf femmes, chefs d’entreprise ou cadres dirigeantes régionales, lauréates du Prix « Les femmes de l’économie 2011 »..Cette année, la présidente du jury était Françoise Nyssen, présidente des éditions Actes Sud. Elle succédait à Dominique Mouillot, présidente d’Onet Technologies

La remise des prix a pu ensuite commencer. Le prix du magazine Elle a été remis à Agnès Bluzet (Caisse d’épargne Provence-Alpes-Corse). Catherine Cherubini, présidente d’Isolvar (Prix spécial du jury) et Michèle Lankman, PDG de La Truffe noire (Prix femme chef d’entreprise) Le trophée des Ressources Humaines a été remis à Marie-Pierre Le Goec Allary (Multirestauration Méditérrannée) ; « Les femmes de la finance » à Véronique Védrine (Oseo) ; « Le coup de cœur, jeunes pousses » à Virginie Brunet (Tassha studio) ; « L’action à l’international » à Anne Martel Reison (EOC) ; 

« Le développement durable » à Sophie Gramond (Editions Gramond) ; et enfin celui de « la femme dirigeante » à Fabienne Gastaud (Wit).
Notre newsletter a choisi de s’arrêter sur le prix DD donné aux éditions Gramond à (Aubagne, 13) en 2006. Le catalogue est composé ‘une quarantaine d’ouvrage. Il y a environ une quinzaine de publication par an en moyenne.

L’édition de livres est une industrie particulièrement polluante et consommatrice de papier et d’eau. Depuis la création de la maison d’édition, Sophie Gramond a choisi systématiquement des imprimeries basées en France, à proximité, soit de son bureau, soit de son diffuseur pour réduire l’impact carbone du transport, en ayant tendance à favoriser les petites imprimeries indépendantes plutôt que les groupes. Le choix d’imprimer en France correspond aussi à une volonté politique de la dirigeante : s’assurer des bonnes conditions de travail des salariés qualifiés et du respect des normes sociales en vigueur en Europe.
En outre, les imprimeries choisies ont toutes le label Imprim’vert et la norme Iso 9001 qui imposent le recyclage des plaques d’impression, du papier et la récupération des fluides polluants.
Le papier utilisé pour l’impression des livres est systématiquement certifié PEFC (ou recyclé), c’est-à-dire issu des forêts gérées durablement. Imprimer avec une certification PEFC impose le respect d’un processus qui commence dès la demande de devis. Cela a un coût : entre 10 et 20 % du coût d’impression.
Malgré les énormes différences de coûts avec une impression en Chine ou au Viet Nam par exemple, les Editions Gramond ont décidé de continuer à imprimer en France. Cela a un coût économique : l’impression d’un livre en France revient deux fois et demi plus cher que l’impression en Chine et trois fois plus cher qu’au Viet Nam. Et cela induit des conséquences importantes : Les livres des Editions Gramond sont plus chers que les équivalents imprimés en dehors de l’Europe.
Et ce d’autant plus que les livres des Editions Gramond sont des livres issus d’un travail de création : création de l’auteur, du photographe, de l’éditeur et de l’imprimeur qui doivent être justement rémunérés.

www.editionsgramond.fr
Pour en savoir plus sur les femmes de l’économie : www.femmes-economie-sud.com