PASCALE GUILLOT  

CHARGÉE DE MISSION À ACT MÉDITERRANÉE

 

 

 

 

 

 

Le 15/11/2011

Pascale Guillot, vous êtes chargée de mission à ACT Méditerranée, l’ARACT (Association régionale pour l’amélioration des conditions de travail) de la région PACA, et vous intervenez sur le champ des compétences. 
Vous nous expliquez son rôle, pourquoi votre structure s’intéresse à la mixité et elle sort un guide de la mixité. Dans cet ITW, vous nous dites en quoi l’absence de mixité dans les entreprises à des conséquences pour leur performance ? S’il existe une pénibilité particulière pour les femmes ? ……

 

navig

Le rôle de l’ANACT (l’agence nationale, les ARACT étant les associations régionales) ?

L’ANACT, Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail, contribue à travers ses interventions à l’amélioration des conditions de travail des salariés et à la performance des entreprises.
ACT Méditerranée est une association paritaire régionale (ARACT), déclinaison du réseau ANACT en région PACA. 

Vous sortez un guide sur la mixité, pourquoi l’ARACT s’intéresse t-elle a ce thème là ?

Dans l’entreprise, l’égalité professionnelle est le plus souvent abordée sous l’angle de l’emploi et des salaires. Au sein du réseau ANACT, nous regardons l’impact du travail sur la santé, les conditions de travail, le parcours professionnel des hommes et des femmes. 
Il s’avère que les progrès faits en termes de mixité dans les entreprises ont parfois des conséquences néfastes sur la santé et les carrières professionnelles, puisque les femmes et les hommes ne se retrouvent pas dans les mêmes métiers ni dans les mêmes évolutions professionnelles.
L’approche du réseau ANACT propose une démarche mixité qui incite à prendre en compte l’organisation du travail, à mieux prévenir les pénibilités et les risques, à développer des parcours professionnels et à prendre en compte l’articulation des temps de vie.
Nous pensons que la mixité peut contribuer à améliorer les conditions de travail de tous les salariés et l’efficacité de l’organisation.

Toutes les questions de cet ITW reprennent les principaux thèmes traités dans ce guide 

En quoi l’absence de mixité dans les entreprises à des conséquences pour leur performance ? 

Absentéisme, turn-over, TMS (troubles musculo squelettiques), usure professionnelle ou encore désengagement, peuvent être liés à une absence de mixité dans l’entreprise. Les causes sont connues : répartition sexuées des postes, cloisonnement des tâches, parcours professionnels  
offrant moins de perspectives d’évolution,…. Par exemple, dans certains secteurs d’activité, les femmes vont être affectées à des postes de conditionnement au motif d’une plus grande dextérité, et sans perspectives d’évolution. La conséquence pourra être une plus grande exposition au risque de TMS et le développement de maladies professionnelles. 
Ces dysfonctionnements sont coûteux pour l’entreprise comme pour les salariés.
Davantage de mixité dans l’entreprise permet par exemple une pus grande souplesse de production. Cela contribue aussi à révéler des compétences et par conséquent, à favoriser la mobilité interne, la motivation et limiter le turn-over.

Comment améliorer les conditions de travail des femmes dans des métiers « + réservés aux hommes » et en quoi les améliorations prévues pour elles peuvent améliorer celles des hommes ?

Une meilleure analyse de la pénibilité réelle du travail et la mise en place d’actions correctrices permettent de réduire l’exposition aux risques professionnels et d’améliorer les conditions de travail de tous. 
De ce point de vue, une réflexion en amont d’un développement de la mixité est indispensable pour bien évaluer les contraintes de l’activité (amplitude des horaires, port de charges, contraintes de postures ….).

Existe-t-il une pénibilité particulière pour les femmes ? 

Les femmes et les hommes ne sont pas confrontés aux mêmes conditions de travail, en partie parce qu’ils n’exercent généralement pas les mêmes emplois et ne réalisent pas toujours les mêmes tâches au sein d’un même emploi. 
L’ANACT a étudié des statistiques de la CNAM TS et des enquêtes (enquête SUMER 2003, INVS 2009), qui démontrent notamment que les femmes sont plus exposées aux TMS ou au stress au travail (voir guide « la mixité dans l’entreprise » ANACT).
Ces données peuvent s’expliquer par le fait que les femmes occupent des emplois qui les exposent à une forte « demande psychologique », avec moins de latitude décisionnelle et un soutien du collectif réduit. 
Elles bénéficient de moins de reconnaissance que les hommes (notamment au niveau salarial) et ont moins de perspectives d’évolution professionnelle. Enfin, elles cumulent plus fréquemment que les hommes activités de la vie professionnelle et familiale.

Pour tout savoir sur : 

« La mixité dans l’entreprise pour améliorer conditions de travail et performance »
Dossier Ages genre et pluralité des populations au travail / Genre et conditions de travail 
www.anact.fr