MURIEL TRAPANI : 

CHEF DES TRAVAUX AU LYCÉE D’ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL LA CALADE

 

 

 

 

 

 

Le 13/12/2011

Muriel Trapani, vous êtes Chef des Travaux au Lycée d’Enseignement Professionnel La Calade (Marseille 15ème) et c’est la deuxième année que l’établissement participe au dispositif Graines de RSE. Vous nous expliquez pourquoi vous avez souhaité prendre et reprendre part à ce dispositif, ce qui manque, de votre point de vue, aux lycéens pour parfaire leur formation professionnelle et ce que, en conséquent, l’entreprise peut apporter au corps enseignant pour combler ces lacunes. 

 

navig

Muriel Trapani, c’est la deuxième année consécutive que vous faite participer une classe du lycée La Calade au dispositif Graines de RSE. Pouvez-vous nous dire pourquoi vous avez décidé d’y participer et ce que vous en avez retiré ?

Nous sommes un lycée professionnel et un de nos principaux objectifs, vis à vis de nos élèves, est la préparation à leur future insertion dans la vie active. Lorsque nos jeunes arrivent du collège et entrent en seconde professionnelle, ils ont une certaine représentation de l’entreprise qui n’est pas forcement le reflet de la réalité. Ce ne sont pas uniquement des aprioris, mais très souvent une méconnaissance des différents types de structure, des principes d’organisation interne et des règles qui régissent le fonctionnement de l’entreprise. Notre participation au dispositif « graines de RSE », nous a donc paru en adéquation avec nos attentes : mettre en relation nos jeunes avec le monde professionnel. Durant leurs 3 années en milieu scolaire, ils auront entre 18 et 22 semaines de formation en entreprise et ces périodes sont, pour eux, une étape privilégiée et nécessaire à l’acquisition de compétences. A travers les différents échanges menés entre une classe, deux enseignantes et les représentants du dispositif, nous avons pu faire évoluer les représentations des élèves et améliorer leur recherche de « stage ». Il faut expliquer qu’en lycée professionnel, nous n’employons pas le terme « stage » mais Période de Formation en Milieu Professionnel, pour souligner le fait que la formation de l’élève se fait à la fois en milieu scolaire et en entreprise.

Pour vous, travailler en collaboration avec l’entreprise signifie quoi en termes de changements dans votre quotidien professionnel ?

Il nous paraît important de rapprocher la culture de l’entreprise de celle du lycée professionnel. Une collaboration étroite avec les professionnels de nos différentes filières nous permet de nous adapter aux évolutions des métiers, de multiplier les échanges école-entreprise et donc de préparer, au mieux, nos élèves à entrer dans la vie active. Nous nous efforçons de fidéliser un certain nombre d’entreprises participant à l’accueil des élèves afin de tisser un réseau relationnel proche des attentes du lycée professionnel et dans lequel l’entreprise s’y retrouverait en matière de perspectives d’emplois.

De votre point de vue, que manque-t-il aux lycéens que vous encadrez aujourd’hui pour être prêts à intégrer l’entreprise demain ?

Au delà des savoirs et des savoir-faire nos lycéens doivent acquérir des savoir être. En effet, le fonctionnement d’une entreprise, reste, le plus souvent, une réalité très loin de leur quotidien et de leur environnement proche. Nous avons donc, dans notre objectif de formation, le devoir de les préparer progressivement aux attentes de l’entreprise afin de modifier leurs comportements parfois inadaptés pour qu’ils se transforment en attitudes professionnelles attendues. La ponctualité, la présence, le respect, la communication et le travail en équipe sont d’autant des valeurs enseignées au sein de l’établissement et transposables en milieu professionnel.

Qu’aimeriez-vous que l’entreprise vous apporte pour vous aider dans cette tâche ? 

L’entreprise peut nous aider à préparer l’élève à devenir responsable et acteur de sa formation. Les différentes Périodes de formation en milieu professionnel sont, pour lui, une façon de faire émerger ou préciser son projet professionnel en découvrant les différentes entreprises, les différents postes, l’environnement économique dans lequel il évolue. Lorsqu’une entreprise accueille un élève au sein de son équipe, en lui confiant des tâches variées qui vont lui faire acquérir de nouvelles compétences, elle participe activement à la formation de l’élève

Quelles propositions auriez-vous envie de faire à l’action GRAINES DE RSE pour la faire évoluer?

En créant un partenariat école-entreprise, on peut penser que l’élève recevra une formation qui sera en adéquation avec les attentes de l’entreprise en matière d’embauche. Dans cette relation il faudrait peut être développer les tables rondes, les visites d’entreprises ainsi que des actions concrètes, qui viseraient à améliorer les connaissances de nos élèves en matière de développement durable et de responsabilité sociétale des entreprises.