JOCELYN ZEITOUN : 

CONSEILLER GÉNÉRAL, DÉLÉGUÉ À LA POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT ECONOMIQUE, CONSEILLER RÉGIONAL ET CONSEILLER COMMUNAUTAIRE

 

 

 

 

 

 

Le 15/02/2011

Jocelyn Zeitoun, conseiller Général, Délégué à la politique de Développement Economique, Conseiller Régional et Conseiller Communautaire ( CUM), vous nous faites part des initiatives que vous avez prises pour favoriser une consommation responsable et de celles qui sont innovantes sur le plan sociétal soutenu dans votre département, vous serez présent le 31 mars…

navig

 

Quelles sont les initiatives favorisant une consommation responsable de nos citoyens ?

Nous savons aujourd’hui que le secteur agricole est durement touché et qu’un nombre important d’agriculteurs se retrouvent en difficulté. Or, Paradoxalement, les consommateurs sont en quête de produits sains de meilleure qualité. Que proposent aujourd’hui le conseil général et plus particulièrement la délégation du développement économique et le secteur ESS ?
Effectivement, nous constatons aujourd’hui 2 problématiques :

  • Nos agriculteurs ont du mal à vivre de leur travail face à une augmentation du cours des matières premières, à une réduction des marges des producteurs inversement proportionnelle à celle des distributeurs
  • Nos citoyens ont du mal à se nourrir avec des produits sains, naturels, non transformés comme les fruits, les légumes, les fromages, la viande. La conséquence étant un accroissement via l’alimentation, des inégalités dans la population avec un problème d’obésité plus important dans la population aux revenus modestes

Face à ce constat, le conseil général et plus particulièrement le secteur ESS ont souhaité soutenir des initiatives basées sur la solidarité et l’entr’aide entre producteurs et consommateurs.

Je m’explique :

1). Nous soutenons la création, et le développement d’épiceries sociales et solidaires sur le département : Solid’Arles à Arles, Filière paysanne à Marseille, La courte Echelle à Saint-Rémy-de-Provence…
De quoi s’agit il exactement ?

D’une part, des agriculteurs en difficulté proposent en direct (sans intermédiaire) à l’épicerie leur production et ont en échange un revenu stable indépendant des cours des marchés qui leur permet de consolider leur modèle économique ;

D’autre part, des consommateurs qui seront classés en deux catégories : la clientèle dite « solvable » qui paiera le prix « tarif normal »

Les consommateurs aux revenus modestes qui paieront un « prix réduit ».

Ainsi, se développe une solidarité entre consommateurs et entre consommateurs et producteurs.
Un système de carte incluant le type de consommateur (tarif normal ou réduit) est établi afin de ne pas stigmatiser la population nécessiteuse.

La démarche est d’autant plus intéressante qu’elle favorise la mixité des publics, qu’elle incite les citoyens à devenir des consomm’acteurs.
Une démarche est proposée pour cuisiner des produits frais de saison, des ateliers cuisine sont souvent mis en place et des évènements festifs sont proposés aux habitants du quartier.

2) Nous soutenons également le réseau régional des AMAP : Alliance Provence et les Paniers Marseillais.
Il s’agit toujours d’un système d’entr’aide entre producteurs et consommateurs. Un contrat est conclu entre le producteur et le consommateur.

Le producteur s’engage à fournir un panier comprenant des produits frais de saison (fruits légumes fromage, viande) à une fréquence déterminée et le consommateur règle par avance la production. Ce système permet de sécuriser la trésorerie des producteurs et de garantir des produits de bonne qualité au consommateur.

3) Ces paniers sont distribués soit à la ferme soit par le biais de boutiques ou de cafés issues du commerce équitable et/ou de l’agriculture biologique. Nous soutenons ce type d’initiatives pour une aide au démarrage : prenons par exemple les structures que nous avons accompagnées : l’association La Kuizin, l’association Label éthique, l’association En visages équitable café…

4.) enfin , afin de faire face à la concurrence des grands distributeurs, afin de proposer une gamme diversifiée de produits issus du commerce équitable, une étude de préfiguration de la création d’une plateforme d’approvisionnement des produits secs issus du commerce équitable ainsi qu’ une aide au démarrage ont été accordées à la SCOP EPICE basée à Marseille.
Par notre action au plus près des demandes de nos citoyens, nous essayons d’apporter une égalité d’accès pour tous à une alimentation saine et équilibrée tout en protégeant nos agriculteurs par des mesures concrètes et efficaces.

  1. Quels sont les autres initiatives innovantes sur le plan sociétal que vous avez soutenu dans votre département ?

Eh bien, notre effort s’est également porté sur la mobilité des personnes en difficulté. Compte tenu de la crise économique, de plus en plus de personnes ont du mal à avoir un véhicule, à l’entretenir et à payer des réparations. Or, on sait que le fait de ne pas être motorisé peut être un frein à la recherche d’emploi. Par conséquent, nous avons décidé de soutenir le garage solidaire Automobile Ciotat Service basé à la Ciotat et qui va également développer des actions sur Aubagne. Ses missions s’articulent autour de 3 axes :

  • Le prêt de véhicules
  • La réparation
  • Le remorquage.

Enfin, dans un tout autre domaine le tourisme solidaire, nous avons soutenu des initiatives comme l’association Citoyens de la Terre qui incite l’intégration dans une démarche RSE intitulée démarche « éveil tourisme » les hôtels, restaurants, et TPE de notre département. Citoyens de la terre base sa méthode sur une démarche progrès et plusieurs objectifs sont définis avec la structure.